• Home ·
  • Dj ·
  • Bonobo, pas de la musique de primate.
  • 12juin

    Bonobo, pas de la musique de primate.

    Et oui, je reviens à mes premiers amours en vous proposant aujourd’hui un article de présentation d’un artiste particulier, le DJ (mais pas que) Bonobo!
    Cela faisait un bout de temps que je ne vous avais pas écrit de « véritable » article, je me devais de choisir un artiste hors du commun pour recommencer.

    Il y en a dans la salle, des incultes, qui ne connaissent pas Bonobo ? Je ne parle pas d’un singe, ni d’une quelconque marque de vêtement, mais bien entendu du DJ, producteur et compositeur anglais (et aussi bassiste), au nom moins connu de Simon Green. Il suffira de vous dire qu’il se trouve sur le label Ninja Tune depuis 2001, pour vous garantir une qualité musicale exceptionnelle bien entendu. Et puis si je vous dit quiétude, tranquillité, subtilité … Vous me suivez?

    Tout a commencé deux ans auparavant,lorsqu’il sort son premier single, Terrapin, qui le dévoile aux yeux de tous et surtout à ceux de Robert Luis, créateur du label Tru Thoughts. Il sort dans la foulée (2000) son premier album, Animal Magic, auto-produit bien entendu, où il lui même réalisé la plus grande partie de l’instrumental. C’est alors qu’il devient l’un des premiers à œuvrer dans ce style de musique, appelé maintenant « downtempo« . Il possède dès cet album un univers particulier qu’il saura garder jusqu’à aujourd’hui.

    The Plug

    S’en suit Dial ‘M’ for Monkey (2003), son deuxième album, une nouvelle fois entièrement instrumental, ce qui n’empêche pas de charmer les oreilles qui découvrent les différents titres comme Noctuary ou bien Wayward Bob.

    Nothing Owed

    Trois ans après, il se fait à nouveau remarquer sur la scène international avec son album Days to Come. En ajoutant une touche féminine en la personne de Bajka et de sa voix envoûtante et également une touche masculine avec le groupe produit aussi chez Ninja Tune, Fink, il se renouvelle et connaît un succès phénoménal. Pour l’anecdote, son édition limitée vinyle s’est tellement bien vendue (malgré le prix un peu élevé…), Ninja Tune décida de renouveler l’édition en 2011. Cela veut tout dire.

    Between the Lines

    If You Stayed Over

    Ketto

    Il garde son rythme de trois ans d’écart entre chacune de ses productions, puisqu’en 2009, il décide de terminer sa tournée (qu’il a commencé en 2003 en formant un groupe acoustique en la compagnie de la chanteuse du groupe Belleruche et d’un batteur) en sortant un live, Bonobo Live at Koko. Un an après, son quatrième album démontre son envie toujours présente de faire de la bonne musique, car à mes yeux, Black Sands est son album le plus déroutant, relaxant, abouti, avec des morceaux bien différents de ce à quoi il nous avait habitué.

    Black Sands

    Kiara

    Depuis, il alterne tournées, concerts, et accompagnement à la basse de la chanteuse présente sur son dernier album, Andreya Triana (qui mériterait elle aussi un article sur SLBS), sans compter le dernier album de remix des titres de Black Sands, sorti début 2012, où il à lui même choisi les artistes qui allaient donner une seconde jeunesse à ses productions, tout en les accompagnant avec deux morceaux originaux, Ghost Ship et Brace Brace. Souvent, les remix ne valent pas les originaux, mais ici, ils ont su garder l’esprit propre à Bonobo pour sortir de petites perles à ne surtout pas sous-estimer.

    Ghost Ship

    The Keeper – Banks Remix

    PS : Merci à Julie pour cette découverte, bien entendu.
    PS 2 : n’hésitez pas à poster vos préférées par ici, je n’ai pas mis toutes celles que je souhaitais, on serait encore là demain sinon.

Leave a Reply